We can

We can

bring it down

DIY #4

 

BIGS BROTHERS ARE WATCHING US

 

   

    Des caméras qui permettent de se surveiller et de se dénoncer mutuellement en Angleterre au récent scandale du NSA contre lequel les « grosses boîtes d'internet » se liguent, qui sait quelles informations restent réellement confidentielles et pour combien de temps ?

 

    Combien de fois avez vous rempli des formulaires avec vos nom, adresses, pseudo pour des forums, créé une adresse email, commandé sur internet ?

   Ces données sont chiffrées, certes, mais récupérées par ces « grosses boîtes d'internet ». Qui sait ce qu'elles en font ? (D'ailleurs je pense que tous bons hackers peut les consulter...) N'est – ce pas d'ailleurs hypocrite de leur part de s'insurger contre le fait que les pauvres données des citoyens du monde sont récupérées sans qu'ils le sachent à des fins de «sécurités », alors qu'eux font la même chose ? Et pas pour la sécurité... Mais est ce la peine de le préciser ?

   Même si, bien entendu, ils font signer une charte que personne ne lis et que tout le monde approuve pour pouvoir vite utiliser la nouvelle adresse email/se connecter sur le forum au plus vite. Mais eux, pourquoi utilisent – ils certaines de ces données ?

    A quoi peuvent bien leur servir nos véritables nom ? A quoi peuvent bien leur servir notre lieu de résidence ? (mis à part pour les commandes en ligne).

    De plus, ils se partagent ces données entre eux. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi quand vous recherchiez quelque chose sur le net vous étiez tout d'un coup bombardés de pub en rapport avec cette recherche ? Et ce sur tous les réseaux sociaux, les adresses emails que vous avez crée !

   Bref tout ça pour mieux nous pousser à la consommation, puis à nous rendre paranoïaque en installant un climat de peur pour nous faire agir de manière bête et docile.

   Sans parler de ce flicage que nous même nous créons, ces interprétations et ces dénonciations injustifiées qui nous amènent à une méfiance totale envers l'autre et des disputes qui n'auraient jamais eu lieues dans la vraie vie...

UN LIEU... (suite)

 

MAL DE BOUFFE

  

 

   Fast food, surgelés, plats cuisinés réchauffés au micro onde... On achète sans regarder pourvu que les courses soient faites le plus vite possible. On ne prend plus le temps d'aller au marché, de faire la cuisine soi-même, stressés par la vie qui ne semble ne pas laisser un moment de répit.

 

   On mange de la merde, et parfois même pire que ça, des merdes chimiques, synthétiques dont on découvrira dans trente ans qu'elles sont à l'origine de certains cancers.  

   Bon j'exagère, peut être un peu, je ne dis pas non plus de tomber dans un extrémisme bio à élever des chèvres dans son jardin dans la montagne, juste de faire attention à ce qu'on nous fait avaler.

   Parfois cette bouffe vite faite nous dépanne, mais franchement quand on regarde entre les ingrédients qu'on prend pour faire la même chose et ce qu'il y a marqué au dos du paquet, n'y aurait - il pas un malaise ?

   Pourquoi toujours du sucre dans les plats surgelés ? Pourquoi toujours des colorants, des exhausteurs de goûts, des vitamines rajoutées ?

   Nous n'avons pas besoin que la nourriture ait une jolie couleur, nous n'avons pas besoin d'aide pour sentir le goût des aliments si ceux-ci sont bien cuisinés, de même pour les vitamines.

   La prochaine fois, prenez au moins le temps de faire attention ce qu'il y a dans les paquets de bouffe que vous achetez.

   Et privilégiez la qualité à la quantité, ce qui ne veut pas forcément dire d'acheter les produits les plus chers ! Par exemple des yaourts discounts sont meilleurs que ceux de grandes marques car il n'ajoute pas de produits inutiles. Il s'agit juste de faire attention aux étiquettes. L'obésité ne concerne pas que les riches, bien au contraire !

   Les cinq fruits et légumes par jour ?! c'est comme manger de la viande à tous les repas : c'est trop ! Certains aliments cuisinés avec d'autres sont nutritifs (y'a qu'à chercher !).

 

   Bon je vous laisse, vous n'avez pas le temps, tellement pressés que du drive à l'assiette vous avez oublié ce que vous avez mangé la veille.

 

 

RESEAUX ASOCIAUX

   On se sent seul et on s'enferme encore plus devant cette compagnie virtuelle qui nous accompagne partout. On n'a plus de conversation, on ne sait plus parler aux gens, on raconte n'importe quoi. On est heureux de cette popularité virtuelle qui facilite la vie : tout à portée de clic. On se crée une vie, on se rend intéressant mais au fond, à quoi cela sert il ?

   Le monde entier a - t - il besoin de savoir que vous êtes allé chez le dentiste ?

Le monde entier a - t - il besoin de savoir qu'aujourd'hui vous avez été faire caca à 11H09 ?

   Ces réseaux changent les êtres humains qui ne vont plus bouger mais cliquer à la place pour avoir bonne conscience. Scotchés aux réseaux grâce à leurs smartphones, tablettes, etc. qu'ils emportent partout. Les humains deviennent androïdes, leurs bras prolongés par la technologie qu'ils ne quittent plus et n'utilisent souvent que pour des futilités.

   Ces outils pourraient être utilisés plus intelligemment, plus discrètement. De sorte que le partage soit constructif. De sorte aussi qu'il y ait encore des surprises, la curiosité de découvrir qui sont les gens en face de nous en leur parlant plutôt qu'en allant « espionner » leur « profil » qui, peut être, ne leur correspondent même pas puisqu'ils l'ont fait selon l'idéal qu'ils voudraient être.

   La recherche d'une perfection, d'un stéréotype qui lui même n'est pas naturel, est ridicule. Cette perfection que l'on nous impose est creuse et dépourvue d'identité réelle

   Rien ne remplace le vrai contact avec les gens, les vraies rencontres.

ESCLAVES PASSIFS

 

 

   Travail pour gagner de l'argent pour consommer pour travailler pour consommer plus et ne pense plus qu'à ça, consommer consommer consommer. Bombardé de pub nous n'achetons plus intelligemment, consommations de moutons, consommations inutiles, si vous n'aviez qu'une heure pour partir, qu'emporteriez vous ?

  

   Outre les plaisirs, ces choses qu'on achète mais qui ne sont pas utiles si ce n'est qu'au bien être intérieur, pourquoi consommons nous plus que ce dont nous avons réellement besoin ? Si tous les pays suivaient notre exemple, une seule planète ne suffirait pas !

Où sont les gens qui réfléchissent ? Ceux qui réutilisent au lieu de jeter directement ? Ceux qui font un maximum par eux même avant de se polluer de milliers de choses inutiles avant de trouver celle qui leur servira ? Où sont ceux, qui consomment peut être, mais qui le font intelligemment et durablement ? Où sont ceux qui vendent pour partager quelque chose plutôt que d'en tirer un maximum de profit ?

 

   Le but du travail, doit il être seulement de gagner de l'argent ? A force de travailler pour en gagner, on en oublie de vivre. Je pense que le plaisir, et j'entends par là le plaisir procuré par un « travail » qui nous plaît est nettement plus important, ne serait – ce que pour notre moral. Gagner de l'argent ne devrait être qu'une conséquence et non le but recherché, puisque dans ce système mal foutu il en faut un minimum pour pouvoir survivre. Nous ne sommes pas les animaux les plus civilisés et les mieux organisés, loin de là.

 

   Alors restez tant que vous le voulez devant votre télé à rêver de votre prochain achat et de vos prochaine vacances, moi, je ne veux pas vivre lobotomisée et uniquement dans l'espérance d'un jour meilleur, je veux créer les jours meilleurs.

 

 

DIY #3

 

AUTODESTRUCTION

 

 

 

 

 

 

Aux suiveurs de «dress codes », sans aucun respect pour les lieux des festivals/concerts et les personnes qui organisent.

  Taguant ACAB sur des murs qu'aucun flic ne va voir, jetant à terre sans penser à ceux qui devront ramasser plus tard ou à ceux qui vont se casser la gueule sur leur déchets.

  Se faisant des guéguerres immatures plutôt que de s'entr'aider, crachant sur ceux qui demandent de l'argent sans comprendre qu'ils demandent juste parce qu'ils ne vivent que de cet argent qu'on veut bien leur laisser. Car dans ce système complètement stupide, on a quand même besoin d'un minimum d'argent pour (sur)vivre, et créer.

 

  Ces boulets, ceux qui vont tout critiquer, qui ne sont venus que pour la tête d'affiche, ne rien respecter, boire à n'en plus se rappeler de leur agressivité / invectives, et de toute façon s'en foutre car ils ne pensent qu'à leur propre plaisir, recommenceront sans remise en question.

  Venus en bande, faire les intéressants sans pour autant s'intéresser aux autres, ni même jeter un oeil sur les stands et distros, le reste du temps ce sera "soirée parking"...

  D'autres se déplaceront uniquement pour foutre le bordel / voler, pour ensuite s'en vanter...

Sans oublier ceux qui fraudent, qui squattent la scène, qui pissent n'importe où, qui s'énervent pour un rien, voient des ennemis partout où il n'y en a pas.

 

  A tous ceux là je dis : il faut voir plus loin, au lieu de se comporter de cette manière autodestructrice. Autodestructrice ? Parce que c'est à cause de ce genre de comportement que naissent les « ras le bol », que meurent les salles, les groupes, les assos...

 

  Vous avez le droit d'être intelligents.

CONS, SOTS, MATEURS !

 

 


 

Un conformiste suit un modèle qu'il juge parfait, modèle suivant une norme façonnée par des médias-fashion. 
Adepte de la nouveauté, il se jette sur tout ce qui est dernier cri, ce qui fait que sa personnalité n'est aucunement originale. 

 

La base du problème sera par ailleurs son caractère, sa façon d'être et de vivre.
En effet, il est juste consommateur actif se permettant de mettre des barrières, et même d'exclure de son clan, suivant des règles et des codes de conformité. 
Ensemble, en société, leurs activités / passe-temps seront la moquerie, la comparaison avec des personnes qu'ils jugeront inférieurs non pas par leur expérience mais parce qu'elles ne rentrent pas dans le moule. 
C'est ce qui est dangereux, car les personnes peu confiantes auront peur de sortir de la « norme ».

​

Ignorons donc ces êtres formés  par de la consommation à outrance. Essayons de leur ouvrir les yeux si tout ne semble pas perdu.
Ce phénomène n'est d'ailleurs pas nouveau. Ces codes sont certainement arrivés avec la société de consommation, le fait de travailler pour pouvoir acheter (ne parle t on pas en premier lieu de « relancer le pouvoir d'achat » pour faire reculer « la crise »?). Nous ne sommes en aucun cas obligés d'être tous identiques, même si on a tendance à nous rabâcher le contraire ! Nous n'avons pas besoin de tout ce qu'on crée et qu'on veut nous vendre que ça soit un repasse cravate ou un super robot kifétou. Chaque individu doit pouvoir exprimer sa propre personnalité dans toute son originalité sans brider les autres.

 

CONTRE (LA) CULTURE

 

PUNK N EST PAS SYNONYME D EXCLUSION

 

 

 

 

Comme il était écrit dans les articles précédents, l'appellation punk 

n'est pas forcément synonyme de "nuisible / marginal / désorganisé" ni de 

"crête / perfecto / à chien / bière..."

C'est une manière de vivre avec des convictions et une attitude certes, 

mais qui ne sont en rien des barrières, en matière d'intégration ou relationnelles.

 

Cette "philosophie" punk peut permettre à certains d'intégrer d'autres milieux, 

qu'ils soient contestataires / alternatifs ou même juste musicaux :

 

- La techno : 

la fête et l'orga DIY de soirées "free party" sont les similitudes.

On notera l'apparition de teufeurs dans des concerts punks, ayant pris goût 

à cette musique, notamment grâce au son des Bérurier noir, dont les boites 

à rythmes avaient été remixées pour une version Hard Tek.

Il arrive aussi que des groupes punk jouent en teuf tek !

 

- Le métal / crust / HxC : 

certains groupes sont partagés (Motörhead, Suicidal Tendencies...)

Il n'est pas rare de voir des concerts où ces styles sont mélangés. 

C'est même impressionnant de voir l'organisation de ces groupes dont la mobilité 

internationale leur permet d'avoir une identité commune.

Bien qu'il y ait déjà un grand nombre de styles divergeants, de nouveaux continuent

à se créer. 

On peut aussi écouter des groupes étiquetés punks, mais dont la guitare ou batterie

seront clairement métal ! (Adnaoseam, Melmor, Al Kapott...)

 

- Le reggae : 

est apprécié par les punks, dès la naissance du mouvement !

Cela a pu les unir au mouvement skin (celui du début, donc celui non fasciste).

Beaucoup de groupes ont quelques titres reggae (stiff little fingers, Bad brains, 

Autonomads, the Clash, Warrior kids...) influencés par des groupes comme 

Culture et même Bob Marley qui parle de cette nouvelle vague punk naissante

dans l'une de ses chansons.

Des dérivés festifs ont ensuite été créés à partir de groupes tels que the Specials 

ou Selecter et plus récemment Ska-P ou 8°6 crew.

 

- Le rap : 

ce qui les rapproche au départ est principalement la "zone" et la "galère" 

(chômage, justice...), mais ces dernières années un dérivé est né : le rap engagé ! 

(loin des clichés américains aux bijoux belles nanas et grosse voiture)

Des groupes tels qu'Alerte rouge ou Keny Arkana partagent la scène dite militante.

 

- le hippie :

parfois même difficile à distinguer d'un punk "négligé" (...) il a beaucoup d'idées 

communes et cela arrive parfois qu'ils aient à se côtoyer lors d'actions artistiques 

ou des rassemblements pour l'environnement etc...

Ne partagent cependant ni musique ni manière de vivre / attitude mais le hippie 

qui est contre la guerre, écologiste et souvent végétarien est certainement celui 

le plus sur le même terrain d'entente avec le punk.

 

Il n'est donc pas nécessaire de S'ARRETER AUX ETIQUETTES 

- d'autant que certains groupes sont carrément inclassables.

 mais il est préférable de PRETER ATTENTION AUX MESSAGES transmis, aux

SENSATIONS, LA CREATION mais surtout PASSER DE BONS MOMENTS 

lors des concerts, MAIS PAS QUE !

les RENCONTRES / ECHANGES peuvent aussi se faire par exemple dans des stands 

foire aux puces ou même dans des expos, 

la DECOUVERTE peut se faire de manière divertissante dans L'ECOUTE de compilations 

ou radios et la LECTURE de zines et sur des sites...

 

 

L'intégration du punk dans le monde

 

- musical :

beaucoup de musiciens punks y auront cassé des cordes ou des baguettes 

avant de passer à des musiques "plus riches", cela leur aura servi de tremplin.

Le rockabilly et le hardcore sont les principaux exemples de cette continuité,

mais on peut aussi en voir s'essayer à des musiques électroniques (électro / Hard tek)

du folk/blues, de la chanson à texte, etc...

Mais la plus grande partie, en raison de déménagement, travail / famille, soit arrête

soit continue à ne jouer que du punk ou venir en soutien aux nouveaux en créant des lieux,

zines, labels... mais toujours en amateur !

 

- du travail :

Le côté DIY bricoleur, créatif et débrouillard aura permis à certains d'accéder à des emplois

divers tels que le bâtiment, l'industrie auto ou les espaces verts... 

Ou encore dans l'artistique (photo, graphisme, vidéo, sonorisation...).

Le côté relationnel / humain, (on pourrait même ajouter "savoir vivre") aura permis à 

d'autres de travailler dans le social, l'éducation, l'animation....

Les voyages et l'intérêt pour le reste du monde en auront attiré vers la protection

 / l'étude du patrimoine, la préservation de la nature... 

(mais rares sont ceux qui parviendront à en vivre)

... ou dans les métiers de la livraison / transport.

 

> Le chômage sera toutefois préféré par beaucoup à un travail à la chaîne dans une usine !

et ça, c'est le côté anticapitaliste et anti-autoritaire du punk qui continue de sévir...

 

 

PATRIMOINE EN DANGER

 

 

 

OUBLI
 
Tous ces vieux bâtiments, qu'on laisse à l'abandon et dont on oublie l'histoire pour mieux les raser, ne méritent pas un tel sort. Ils méritent une seconde vie, que leur histoire soit reconnue... Mais sous prétexte qu'ils sont devenus des terrains vagues où la vermine grouille, c'est en tout cas ce qu'on raconte dans les journaux, on rase tout pour mieux défigurer le paysage avec de l'argent gaspillé très vite. Plus personne ne se souviendra de cet héritage du patrimoine ni de ces lieux chargés d'histoire lorsqu'ils seront remplacés par un complexe avec parking sous terrain.
A peine le temps de dire "c'est dommage" et de protester, qu'une partie a déjà été tronçonnée ! Les entreprises de démolition, constructeurs du soit disant "rêve" sont en relation avec les forces de l'ordre, et pas forcément avec la municipalité... 
On ne fait plus d'enquête pour savoir pourquoi ces ruines existent, on veut juste attirer les touristes car « la vue est magnifique ! ». Sans immeuble oui, mais bulldozé, tractopellé et bétonné, non. C'est tout un écosystème qui disparaît sous des monstres de béton qui, soi disant, rapportera beaucoup d'argent. Encore à cause de lui ! Celui qui est à l'origine de tous les vices et qui fais devenir les gens idiots, attirés par l'appât du gain.
 
 
A Brest actuellement : 
Contact : vertedentdure@gmail.com
 

DIY #2

 

 

Vous pouvez télécharger les pdf ici : http://wecanbringitdown.wix.com/we-can-bring-it-down#!diy2/cjg9

Et voir quelques créations ici (affiches présent passé futur,  ça coûte un bras, coca cobeurk...) http://wecanbringitdown.wix.com/we-can-bring-it-down#!galerie/c20v1

L'ETERNELLE BATAILLE DES MATERNELLES

 

 

L'état et le peuple sont dans des éternelles chamailleries. L'état propose quelque chose : ce sera contesté par une partie du peuple. L'état ne fait rien : encore une contestation.
Ces bagarres, dignes de hauts représentants de la cour de maternelle n'ont pas lieues d'être, puisque nous sommes censés vivre dans un monde où les gens se comportent avec maturité. Mais ça c'est ce qu'on montre aux enfants parce qu'il faut bien le reconnaître, la plupart des adultes ne sont pas si matures que ça.
L'état injecte des sous là où il n'en faut pas, là où ce sera médiatisé et où il fera le buzz mais n'en injecte pas assez là où il y en a réellement besoin.
Il perd de l'argent à vouloir régler des problèmes qui n'en sont pas à la base au dénigrement d'autres plus anciens mais pas officiellement résolus, 
Soit ils proposent des solutions qui n'arrangent qu'eux, soit ils proposent des solutions compliquées et qui vont mettre tellement de temps à se mettre en place qu'au final ceci n'est qu'une manoeuvre pour ne pas qu'on leur dise qu'ils ne font rien (laisser les logements vacants aux sans abris, sans être d'accord sur les logements en questions par exemple)
Mais au final, ne venant pas du même milieu et n'ayant donc pas le même mode de vie, comment les hommes et femmes dirigeants de la classe politique pourraient ils réellement vraiment comprendre les besoins de son peuple, et sa demande ? C'est ce fossé, présent depuis toujours, qui est à l'origine (et donc une partie des causes) du problème. Cet écart, basé sur des connaissances purement théoriques et non sur du vécu ne peut pas aller en s'améliorant.
Hélas, pour beaucoup, seuls l'argent et le pouvoir comptent.

ON VEUT REFLECHIR !

 

 

LA SURVIE DU PUNK

 

 

Le punk essaie toujours de survivre de nos jours.
Certaines actions punks (comme la création de petits labels, d'organisation de soirées soutien...) voient le jour et durent plus ou moins longtemps, 
et ce ne sont pas forcément les plus médiatiques.
D'autoproductions, de concerts, d'échanges mais surtout de solidarité : 
voilà de quoi est constituée cette survie.
Pour beaucoup qui se trompent sur le compte du mouvement punk 
et restent assis à boire des bières en disant que de toute façon y'a pas d'avenir, 
d'autres leur organisent des concerts,  des autoproductions (que ce soient badges, 
CDs, vêtements, …) sur lesquelles ils s'empresseront de se jeter ; ne voyant pas 
forcément l'importance du message qu'ils font passer et des combats menés pour 
en arriver là.
Parfois copié par des enseignes publicitaires pour le graphisme, et par des
groupes « tendances » pour la musique, le mouvement punk est composé 
de personnes douées en création artistique. 
Il n'y a pas de journée prédéfinie pour agir, ni de lieu spécifique. 
Partout en toutes heures, en tous lieux, le mouvement punk est présent.
De flyers entre autres moyens de propagandes, ces messages veulent inciter au 
« bougeage de cul », pour régler des injustices, instaurer un système plus juste...
Le punk agit toujours,  il fourmille de 
petites actions qui poussent au changement vers plus de compréhension et de justice.

CONTESTATION IGNOREE

 

jet: [local] Nddl : l'appel de deux jeunes paysans à tout ce qui a un nom dans le 'mouvement social'
Date: Tue, 23 Oct 2012 07:53:56 +0200
Diffusez le plus largement possible (listes, sites, personnalités...) le message ci-dessous est un message individuel, de deux jeunes paysans de la confédération paysanne (Morbihan et Var).
C'est un appel, qui mérite attention et large publication 
 
 
Si on réfléchit à ce qui se passe à Notre Dame des Landes depuis une semaine, il y a un fait vraiment inquiétant : le silence du « mouvement social français ».
Depuis mardi matin, plus de 500 gardes mobiles ont envahi la campagne tranquille du Nord de Nantes, ils ont chassé les gens de leur habitat, détruit des maisons et enlevées les pierres une par une pour s'assurer qu'elles ne seraient pas rebâties. Depuis six jours, environ 200 personnes dorment chaque nuit sur des barricades, respirent des gazs lacrymo, organisent le ravitaillement des copains en première ligne, tout cela dans une non-violence exemplaire (sinon, il n'y aurait pas cet assourdissant silence médiatique!). Depuis quelques jours, des gros ballots de vêtements, de bottes, de chaussettes, de piles, de pommes, de pâtes, de légumes, de café, de jus de fruits, de barres de céréales, affluent dans le hangar qui sert de QG à la résistance, témoignant que si peu de gens osent s'aventurer dans le « territoire en guerre » qu'est devenu ce beau bocage, il existe une véritable indignation dans la population.
Et enfin bon, des raisons de s'indigner il y en a tout de même : il n'a rien d'autres à faire ce gouvernement que de mobiliser des centaines de flics pendant des semaines pour chasser des gens de leur maison alors qu'il semble qu'il y ait une crise du logement dans ce pays, rien de plus urgent comme dépense que de construire un aéroport pour en remplacer un autre loin d'être saturé alors qu'on nous dit que la priorité c'est de réduire les déficits, rien de plus important que de développer le trafic aérien alors qu'il paraît qu'il y a un truc qui s'appelle le changement climatique ???
Alors pourquoi ce silence ?
- Soit, ce qui est une possibilité réelle, le mouvement social est bien mal en point, tué par la « crise », asphixié par l'arrivée de la gauche au gouvernement,
- Soit ce combat n'est pas celui du mouvement social, car ceux qui luttent pied à pied à Notre Dame des Landes ne sont pas très présentables, un peu trop boueux, avec en prime des têtes un peu trop jeunes et que donc certainement ils sont violents, donc peu fréquentables,
- Soit encore vous ne savez pas quoi faire.
Si c'est cette dernière option qui prime, quelques idées
:
La résistance à Notre Dame des Landes est incroyable. Il est incroyable que quelques centaines de personnes sans moyen financier, sans soutien logistique aucun à part celui de quelques habitants et paysans des alentours, logeant dans des abris de fortune, sans eau, sans électricité, aux vêtements détrempés, aient résisté une semaine derrière des barricades de bric et de broc face à une véritable armée. Ils sont encore là et ne vont pas lâcher, même si il leur faudra probablement se replier à un moment ou à un autre.
Il ne manque pas de courage ni de détermination à Notre Dame des Landes.
Il manque de la légitimité.
Et cela, vous, vous qui savez écrire, qui avez les arguments en tête, qui êtes reconnus socialement comme des gens « sérieux », qui avez de l'audience auprès des militants de vos organisations, qui connaissez des journalistes, qui êtes en contact avec des politiques, vous qui êtes respectés, vous pouvez le donner à la lutte de Notre Dame des Landes : de la légitimité.
Ce sont des choses que vous savez faire : écrire aux pages débat des journaux, organiser des conférences de presse, passer des coups de fil à droite à gauche, signer des tribunes collectives, intervenir lors de conférences, convaincre des gens connus d'aller à Notre Dame des Landes, ne serait-ce qu'une demi-heure, pour qu'ils puissent dire leur indignation devant les médias, puisque ces médias n'ont rien à faire de l'indignation des gens ordinaires.
Vous savez faire cela et c'est vraiment le moment de le faire maintenant.
Cette lutte est exemplaire et c'est aujourd'hui à chacun-e d'entre vous de permettre au mouvement social dans son ensemble de faire preuve d'une solidarité exemplaire.
 
 
-- 
motja - мотя"

DIY #1

 

 

Comment faire un pochoir pour personnaliser son t shirt pour pas cher ?

 

 

 

 

Retrouver les PDF et le pochoir ici : http://wecanbringitdown.wix.com/wecanbringitdown#!archives

 

D'autres astuces plus tard !

 

 

 

 

UN LIEU. . .

 

 

 
Vous qui aimez ces gares, abattoirs et autres vieux lieux rénovés qui accueillent toutes forment d'art mais qui désespérez en les voyant crouler sous un publique de plus en plus élitiste, VIP ou bourgeois (appelez – les comme vous le voulez)... Pourquoi ne pas penser aux blockhaus ?
 
Mais avant de vous mettre à l'assaut quelques idées et conseils avant d'éviter un grand carnage et de grandes engueulades. 
 
Faites des œuvres éphémères et/ou des œuvres qui n'abîmeront pas le lieux ! Sachez être plus inventifs que les tagueurs du dimanches en utilisant bâches, panneaux et autres vieux tronc d'arbres...
Pourquoi ne pas faire un feu de camp ou louer de quoi faire jouer un groupe (groupe électrogène,... ) ?
 
N'ameutez pas tout le quartier n'importe comment, les bon vieux flyers ou l'encore plus ancienne technique du bouche à oreilles peut amplement suffire à apporter des initiés plutôt qu'un publique, disons hautain, voire bobo.
 
A manger, à boire (penser que tout le monde peut apporter quelque chose) et : DES SACS POUBELLES !

le punk est mort

 

 

Le punk est mort.
Les raisons qui l'ont poussé à exister sont toujours là mais sont passées dans la routine habituelle : on ne se bat plus.
Le punk, tel qu'il a existé au début, n'est plus.
Sa manière d'être n'est plus. Qui renonce vraiment à l'argent facile de nos jours ? Qui reste vraiment campé sur ses valeurs sans changer dès qu'il gagne au loto ?
Mais 
Son discours se propage toujours.
Malgré ceux qui se revendiquent cette culture d'une manière qui prouve qu'ils n'ont pas compris ce que c'était vraiment. 
Intolérance, idées/styles divergents, ouverture d'esprit bien trop étroite pour certains, comportement/attitude...
Malheureusement, ce sont ceux qui se font le plus remarquer, qui se mettent en avant...
Plus que de boire des bières et de dire « Fuck the police », le punk est une manière de vivre, une philosophie, répondant à un besoin d'égalité, de solidarité et de renversements des valeurs injustes.
Des résistants essayent toujours de le faire vivre.
 
Il est en quelque sorte utopique.
 
Il ne suffit pas de s'habiller d'une manière que la société dit « punk » pour être punk. Il ne suffit pas de se faire une crête pour être « punk ».
Etre punk, c'est d'abord ne pas savoir qu'on l'est. C'est essayer de faire vivre ses idées par ses propres moyens et non pas à travers de grandes campagnes marketing.
C'est essayer de faire les choses par soi-même (disques, vêtements, …) ou encourager ceux qui le font, y participer.
 
Il faut, avant toute chose, savoir rester soi-même et ne pas rentrer dans un jeu, une farce où l'on se déguise et se cache derrière des idées qui ne sont pas les nôtres.
 

 

 

 

Que vive le rock libre !

 

 

Question :
Dans ce milieu qu'est le rock alternatif, 
QUI 
peut se satisfaire à vivre de sa musique 
OU 
du moins subvenir à ses besoins ?? 
Celui QUI 
a une organisation du tonnerre, qui prépare une tournée internationale pour annoncer la sortie de son disque prévue l'année suivante, tout en composant sur la route aura t'il au moins pu se rembourser ses investissements personnels / sacrifices ?                
OU Celui QUI 
va au coin d'une rue lors des marchés par exemple, avec son chapeau et sa guitare sèche, qui aura du adapter son répertoire afin de subvenir à ses besoins, aura-t'il fait un choix plus judicieux ?
 
Peut être n'aurons nous jamais la réponse mais déjà, on s'est posé la question.
Allons-y donc par étapes :
 
 
LES CONCERTS :
- Dépenses : 
carburant, Matériel (avec un grand M comme Merdier), frais en tous genres, bouffe, alcool (les patrons de certains bars ne paient même plus en sourires), affiches...
- autres initiatives que celles de jouer : 
Outre les heures accordées à la composition, on peut y ajouter celles consacrées au travail du graphisme, si l'on veut une quelconque identité / image et faire de la propagande, de l'affichage et autres démarchages en "age", 
l'enregistrement d'une démo qui sera à copier par la suite prendra bien quelques journées complètes...
Il faut faire certains sacrifices, comme celui de se mettre un peu à l'écart des proches (presque inévitable> déplacements, horaires décalées) et ne plus côtoyer réellement qu'un petit monde dans lequel certaines personnes ont un comportement tel qu'il n'est plus adapté au sujet que l'on essaie de développer.
 
 
LES CDs :
se vendaient bien il y a dix ans ou plus, mais aujourd'hui intéressent surtout les musiciens désireux de concrétiser un projet, certains membres du public ayant appréciés le groupe, découverts en téléchargeant l'album ainsi que les plus passionnés, préférant toujours avoir l'objet pour se faire une idée "concrète" de ce groupe.
En parlant d'objet, il est à signaler que certains artistes arrivent, grâce à la communication commerciale existante sur le net, à tirer quelques billets en  produisant volontairement des éditions collectors en faibles tirages qui peuvent se distribuer parfois à un tarif nettement supérieur à la valeur réelle de l'objet.
Pareil pour les disques qui prennent de la valeur avec le temps, enfin... pas vraiment s'il s'agit de travail d'archivisme... C'est une autre démarche.
 
Il est aussi dit, demandé, préféré d'attendre environ un an après sa sortie pour mettre l'album d'un petit groupe en téléchargement libre (facile à faire, en partant d'un compact disque).
 
LES VINYLES :
plus chers en production, mais pas forcément en vente, depuis quelques années marchent plutôt bien. (cf : précédent paragraphe). C'est la classe -wah en plus il est bleu et y'a un cd avec !- va t'on dire, mais a t'on réalisé que ce disque récemment produit dans une usine de pressage utilisant des méthodes de travail différentes à celles où on pouvait profiter du fait que les 33 et 45 tours étaient le commun de tout un chacun ???
aujourd'hui :
> Personnel qui découvre le métier
> matières premières "économiques" utilisées, qui font que la qualité du son ne sera pas toujours terrible, d'autant qu'il faille fournir un enregistrement spécifique donc différent de celui prévu pour le CD.
>pressage où le tarif n'est intéressant qu'à partir d'un tirage à 500 exemplaires.
(c'est une des raisons pour laquelle des groupes, par crainte de ne pouvoir tout diffuser dans leur petit monde ont préféré faire un split (un groupe par face).
 
Il est possible aussi de trouver certaines fantaisies, par exemple : des lock groove (sillons fermés donc possibilité de placer une note ou deux en boucle à la fin du disque), des "flexis" (souples), transparents, pirates, DIY monofaces, 5' (aux dimensions d'un CD), des Gatefold (pochette ouvrante), livret "fanzine", flyers en insert...
Témoignage d'un label qui produit / diffuse essentiellement des rééditions :
"J'aime, quand je prends un disque, en avoir pour mon argent"
 
AUTRES :
- DVD (prix en baisse, sûrement à cause des bleu ray)
- Magazines de magasin
- fanzines accompagnés d'un CD(-R)
- k7 audio pour certains automobilistes, et hardcoreux
Mais surtout 
- les blogs
- réseaux sociaux
- sites 
- forums
- radios 
 
Eventuelle réponse (pour un lecteur musicien) :
Aucun des deux : mieux vaut rester chez soi et mener à bien son "one man band" avec au mieux l'intervention de Guest-stars, enregistrer sur du matériel VHS et diffuser les K7 vidéos autoproduites à quelques dizaines d'exemplaires pour chaque album, uniquement sur E-bay avec, bien entendu, un prix de réserve ! 
et tant pis pour toutes ces rencontres, la chaleur humaine et tout ça ?
 
NON !!!
 
QUE VIVE LE ROCK LIBRE ! 

 

IL VA FALLOIR TE DEMERDER !

 

Contribution d'un keupon anonyme...
IL VA FALLOIR TE DEMERDER !
 
forfaits ARNAQUE : 
un beau jour de printemps
(dans une merde noire)
tu souhaites 
(tu dois) 
résilier ton forfait mobile. 
(car d'autres priorités...)
Mais négatif, l'agence 
(dieu merci, il en existe une)
ne veut rien entendre puisqu'il est écrit
(et non précisé à l'oral) 
sur le contrat que tu t'es engagé
(eh oui tu as signé)
à utiliser ce forfait deux ans encore.
(merci et au revoir)
 
C.U.I. cuit : 
qui porte très mal son nom !
Le Contrat Unique d'Insertion
en gros "on" te file un taf d'une durée 
de 2 ans max. Histoire de dimininuer
le taux de chômeurs quelques temps,
puis plus rien, aucune autre solution 
que de retourner pointer chez "on".
Hors, entre temps, tu as appris ton 
travail et t'es rendu utile voir indispen-
sable dans une entreprise qui devra
à nouveau embaucher une personne
qui ne sera réellement compétente
que dans quelques mois. 
Question : on confondrait pas les 
termes "Insertion" et "un pion" ?
 
Automobile TAXES :
Alors là, priorité à un public "friqué" !
impossiblité de bricoler ou
bien même réparer quoi que ce soit 
sur ta vieille Titine puisque ce système 
qui te pousse toujours à consommer 
plus t'a poussé à la troquer contre 
une belle réduction sur un véhicule
neuf équipé d'un moteur bourré 
d'électronique que seul un garagiste
attitré peut "décoder" !
De toute façon Titine risquait de ne 
pouvoir passer le contrôle pollution.
Mais ça c'est un autre sujet...
Ou presque ! 
 
Surplus de CONSOMMATION :
Crois-tu qu'à présent, nous pouvons 
nous passer du futur (Zab.)? 
Des tv portables, téléphones plats,
vélos numériques font le bonheur 
des zinzins ? possible, oui.
Tout cela crée un dépendance dont nous aurons du mal à en sortir
 
LOBOTOMIE générale :
l'internet est parfois mal ultilisée : 
ta page Facebook t'amène dans 
un monde illusoire, ou tu filtres 
tes pensées afin d'entrer dans la 
plus grande conformité... Euh 
communauté pardon, c'est la 
meilleure façon pour toi d'avoir le 
plus d'amis possible.
Mission accomplie !
Tu te sens rassuré, entouré par tant d'amis virtuels que tu ne connais pas ( ?)
bon on fait quoi maintenant que
tu es devenu une larve ?!
On joue au poker ? Sudoku ?
 
ABUS DE POUVOIR des autorités :
Bêtes et méchantes, aucune 
indulgence, tolérance zéro, 
corruption, elles apportent la 
crainte et la délation.
(à développer (avec sobriété)).
Elles veulent apporter l'ordre, mais leur présence ne fait qu'aggraver la colère contre elles.
Elles tapent pour "tuer le chaos", n'en sont-elles pas la cause ?
 
MALBOUFFE ou crève : 
Tu ressembleras à quoi après avoir
bouffé des 
- clones de steak stockés clean - 
des hamburgers surtaxés ? mouais,
bois donc un coca pour digérer ça...
Tant de fast food où l'on bouffe toujours plus vite, toujours plus de merde chimique; ça te ferait du bien de porter attention ne serait ce que 5 min à que tu manges.
 
CREDITS à volonté :
Imagine-toi en pleine période de 
divorce durant laquelle tu batailles
dur comme fer pour la garde de tes 
enfants. Les frais d'avocat corres-
pondent à la somme que tu avais 
mise de côté pour rembourser un 
réfrigérateur devenu trop encombrant
voire inutile puisque maintenant tu es 
seul !
Aller on réemprunte un peu d'argent pour rembourser celui qu'on avait pris avant… Cercle vicieux…
 
INEGALITES en toute légalité:
grosso-merdo, tu fais partie de la
plus grande partie du peuple : celle
qui vit en dessous du seuil de 
pauvreté.
 
IMPOSITION aux imposables :
T'as t'on demandé ton avis sur la réelle
utilité du téléphérique en cours de cons-
truction près de chez toi ? Non ?
Et tu paies quand même ?!
 
PROFIT au détriment de notre planète :
espèces en voie de disparition (rare=qui 
prend de la valeur ?!), forêts détruites...
On peut dépenser plus pour faire en sorte que les fumées qui sortent des usines soient blanches, pour mettre encore plus de produits nocifs partout, mais attention ! Ca fait beau et c'est plus rapide ! Et là, paf ! Une conséquence arrive mais ça couterait trop cher de chercher autre chose qui fasse moins mal à la planète .
 
ABRUTISSEMENT de ta masse :
- Allume ta télé, trouve une pub puis
regarde la avec un air ébahi.
- Branche ta console, joue tout seul.
- Va fumer dehors, même si ça ne
dérange personne ici.
- Porte cette marque ou sinon honte 
à toi.
- A ton age, j'avais déjà un fils.
- Ignore-le, c'est un clodo, peu importe
si tu l'aimais bien avant.
- Mange du poisson, c'est vendredi.
- Fous toi z'en d'ton patrimoine, la 
culture, ça s'boit pas, d'façon.
- Vote comme lui, pour ce type là, 
c'est un beau gosse, il doit avoir raison,
dans l'fond.
- Mange au moins cinq fruits et légumes
par jour, que tu aies faim ou non,
 puis deviens obèse.
- Défonce le, c'est qu'un schizopathe,
ou même pire : un trisophrène.
- Inscrits-toi à l'armée, il parait qu'on
s'y éclate.
- Putain ! il fait beau.
- Ah merde ! il pleut.
- Vas sur Meetic si tu veux te caser,.
- Parle à ta grand mère comme à un 
gosse, elle préfère.
- Avant de tailler, vérifie que tu n'as 
pas oublié tes clefs, tes papiers, ton
tabac, tes sous et ton portable, enfin 
sois normal quoi ! 
- en gros ce qui me ferait plaisir, 
c'est que tu te démerdes 
à trouver un taf pour payer ton permis 
puis une caisse pour trouver un taf afin
que tu te paies une plus grosse caisse,
que je profite un peu de toi... Enfin... tu 
vois le topo ?
- Vas-y, fais des conneries et vas en
taule, ça t'endurcira un peu. 
 
 
Signé : un keupon anonyme qui en a 
déjà eu gros sur la patate auparavant,
mais qui ne pense, malgré une accalmie,
pas avoir fini d'en chier.
But : une réaction ne serait ce que 
cérébrale à tout individu passant par là.
Espoir : un monde plus mieux, mais 
aucun de ceux "promis" par les candidats 
aux élections présidentielles. (pas de mé-
prise : ceci n'est pas un appel au vote blanc, 
car il n'est toujours pas reconnu comme il
devrait l'être, donc pour l'instant inutile !)
Sous-entendu : Appel à la tolérance, 
l'égalité tout ça, mais 
QUELLES ALTERNATIVES SONT 
REELLEMENT ENVISAGEABLES ?
qui PEUT/VEUT se permettre de changer
son mode de vie/comportement quand le 
risque de tout perdre est trop présent ?! 
 
PS : et le troc dans tout ça ?!
trop compliqué ? 
Oui, peut être mais c'est déjà quelque chose que de se
poser la question.
 
re PS : certains de mes propos sont 
volontairement provoc/agressifs : 
ALORS REACTION ?!

Presentation

 

 

J'expose ici les choses qui me révoltent, m'indignent . Le point de vue est donc purement subjectif. J'ai écrit au fil de mes pensées, ce n'est donc pas très « rangé » et c'est plutôt synthétique. Il est susceptible d'y avoir des modifications ou ajouts au fur et à mesure.
 
POLITIQUE
Le système politique est une grosse arnaque, on parle de démocratie depuis tellement longtemps qu'on pense toujours être dans une démocratie. Nous sommes plutôt dans une bureaucratie.
La constitution n'a pas changé depuis 1958. Les problèmes ne sont plus les mêmes de nos jours, il faudrait penser à la changer.
 
On a le droit de voter blanc. Pour moi ce vote blanc signifie, si on l'utilise, qu'on n'est d'accord avec aucune des solutions qu'on nous propose, il est donc aussi important qu'un vote où l'on choisit parmi ceux qu'on nous a proposés. Pourquoi, dès lors, lorsqu'une élection pour un homme/ une femme politique se présente, ne voyons nous jamais le pourcentage de vote blanc ? Est-il tellement important que cela fait peur ? S'il est si important c'est qu'il y a un problème : que nous ne sommes d'accord avec aucun des programmes. On est dans une société qui, pour la plupart choisit pour le moins stupide des candidats le plus susceptible de passer au lieu de choisir pour le candidat qui lui correspond le mieux... J'ai juste envie de crier « Pourquoi?? ».
 
Les candidats se veulent proches du peuple, disent vouloir régler les problèmes du peuple et les injustices sociales. Mais puisqu'ils sortent tous, pour la plupart de l'ENA ou de grandes écoles où l'année revient à un prix exorbitant et qu'ils viennent de familles plutôt aisées, comment peuvent-ils comprendre les classes moyennes en n'en ayant qu'une connaissance théorique ?
 
MEDIA
Dans certains pays, la plupart, dès que certaines personnes critiquent trop et seraient en mesure d'ouvrir les yeux des gens, on les bride, on les en empêche par n'importe quels moyens, on les coupe en plein élan et on étouffe l'affaire. Parfois quand la religion est très ancrée, ou que le pays sort d'un régime plus ou moins dictatorial, de peur de la différence on réagit violemment (exemple voir source) .
 
De nos jours les médias ne nous dévoilent pas tout. De grandes affaires sont cachées de l'opinion publique « pour ne pas créer de mouvement de panique » mais dès que les conséquences, graves le plus souvent, sont découvertes : l'affaire est dévoilée (on peut parler de l'exemple de Tchernobyl). Si l'affaire avait été dévoilée plus tôt, n'y aurait-il pas eu des conséquences légèrement moins graves ?
Nous sommes abrutis et contrôlés par les médias qui nous présentent leur point de vue et font de l'information un spectacle. Une simple chute de neige devient une catastrophe digne de la fin du monde.
 
SYSTEME DE L'ARNAQUE 
Le système bancaire est également une énorme fumisterie. Tout part d'un homme égoïste, qui veut que tout lui profite et décide de donner de l'argent qu'il n'a pas dans sa banque en le créant de façon fictive. L'argent d'un emprunt et de l'argent dette, il faudra le rembourser mais en plus de cela, il faudra rembourser des intérêts; comment ? En créant une autre dette pour rembourser la première. Le gouvernement pourrait créer sa propre monnaie ce qu'il lui éviterait d'avoir une dette à payer et donc de taxer les populations ou de créer le besoin de société de consommation qui est suréquipée de gadgets qui ne leur servent à rien et qui fait un travail abrutissant dans le seul but de gagner plus. Au lieu de ça, elle fait créer l'argent par une banque privée. Ce système, mal connu par la société, mérite qu'on s'y intéresse pour mieux le comprendre et mieux le réformer.
 
Si les hommes comprenaient qu'en s'organisant tous ensemble dans une société de libre échange, en se respectant les uns les autres sans qu'un homme décide pour les autres en les soumettant et sans qu'un autre soit égoïste et veuille s'attirer tous les profits : la société se comporterait beaucoup mieux.
En privilégiant les structures locales, on fait un pas en avant.
 
La plupart de ce qui profite aux grandes entreprises détruit les petites entreprises locales.
 
Autre chose, on peut rouler à l'huile de friture. Seulement comme il n'y a pas de taxe pour cette huile utilisée comme essence c'est illégal. Mais certains ont trouvé une astuce (voir source).
 
La première voiture à franchir le cap des 100km/h est une voiture électrique. C'était en 1899. Même si la distance devait être négligeable par rapport au long trajet que l'on fait aujourd'hui, pourquoi avons nous privilégié le pétrole qui pollue et dont les ressources s'épuisent ? Encore un contexte politique et/ou économique au profit d'une élite aisée...
On dit qu'elles sont trop chères mais pourtant si on avait développée la voiture électrique depuis ce temps là, on en aurait sûrement de très performantes à moindre coût... Non ?
 
Sources :
En savoir plus sur le système monétaire ici et .
Exemple de l'Indonésie ici et , de Bagdad et de la Russie.
En savoir plus sur l'histoire de la voiture électrique.

Blog Stats

  • Total posts(23)
  • Total comments(0)

Forgot your password?